Projets

Haïti

Date: printemps et hiver 2018
Sept ans après le séisme de magnitude 7 qui a frappé Haïti, le pays demeure vulnérable aux catastrophes naturelles. En octobre 2016, l’île des Caraïbes a été frappée par l’ouragan Matthew, la catastrophe la plus dévastatrice depuis le séisme de 2010. Haïti reste le pays le plus pauvre du continent américain et l’un des plus déshérités du monde, et souffre de carences importantes dans les services essentiels. D’après la dernière enquête sur les ménages (2012), plus de 59% d’Haïtiens vivent sous le seuil de pauvreté de 2.42 dollars par jour et 44% de la population est âgée de moins de 18 ans. C’est aussi l’un des pays les plus inégalitaires de la planète.

La capitale de Port-au-Prince compte 8 écoles communales scolarisant plus de 3 600 élèves. Ces écoles se retrouvent dans les quartiers les plus précaires. Le coût de l’éducation est excessivement élevé (40 % des budgets familiaux y sont alloués). Ces quartiers manquent d’électricité et d’installations sanitaires. Les enfants doivent composer avec le brouhaha constant, les installations délabrées, le banditisme et la désorganisation des transports publics.

Clowns Sans Frontières organise des activités de coopération, de formation, de création et de sensibilisation visant les publics de jeunes Haïtiens évoluant dans les quartiers précaires. Plusieurs démarches d’accompagnement sont faites dans un esprit de réciprocité. C’est ainsi que Clowns Sans Frontières accompagne des jeunes artistes de la troupe Cirque Local, issus des quartiers populaires de Port-au-Prince.

Depuis 2014, Clowns Sans Frontières a impliqué 52 artistes,
présenté 36 spectacles collectifs et offert
230 heures d’ateliers et de formations, à plus de 41 700 enfants.

Ce programme bénéficie du soutien de la Ville de Montréal et la Ville de Port-au-Prince (Programme de coopération municipale), des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, du CIDIHCA, et de la Fokal.

–> Résultats en images cliquez ici <–

Nos initiatives sont :
Réinsertion sociale, formation et employabilité
>
Développement des compétences et formation artistique et accompagnement des artistes Cirque Local
> Transmission les saines habitudes de vie
> Éducation civique et enrichissement de la vie culturelle

Tchad

Dates: 30 novembre au 12 décembre 2017
Pays enclavé d’Afrique centrale, le Tchad est confronté à une forte instabilité politique liée aux conflits qui sévissent dans les pays limitrophes ainsi qu’à la désertification et l’assèchement du lac Tchad, principales conséquences du changement climatique. Les guerres civiles et les famines dévastatrices s’acharnent sur ce pays depuis plus de 60 ans. L’agriculture est le secteur qui emploie près de 75 % de la population tchadienne en âge de travailler. Depuis 2003, le PNUD classe le Tchad comme le quatrième pays le moins développé. Le taux de pauvreté devrait atteindre 39,8 % d’ici 2019.

En 2008, les rebelles tentent de renverser le Président Idriss Déby qui domine la scène politique depuis 27 ans. En 2015, le pays a déployé des troupes aux côtés du Cameroun et du Niger pour combattre le groupe Boko Haram dans la région. Le Tchad accueille près de 400 000 réfugiés en provenance du Soudan du Sud, de la République centrafricaine et du Nigéria qui viennent s’ajouter aux Tchadiens rapatriés et ceux déplacés à l’intérieur du pays qui ont également besoin d’aide. Les populations d’accueil qui ont partagé leurs terres, leur nourriture et leur foyer aimeraient aussi voir leurs conditions de vie s’améliorer.

Objectif global?
Par le biais d’activités artistiques en collaboration avec les partenaires (communautaires, culturels, éducatifs et économiques), l’objectif est de favoriser:
> la formation et l’employabilité de la relève artistique.
> les actions des associations qui travaillent auprès des enfants, des femmes et des populations réfugiées.

Quelles sont les principales activités du projet ?
Suite aux différents échanges avec les artistes, le projet se définit autour de ces axes :
> Spectacles, animations et défilés : pour tous (les réfugiés soudanais, les déplacés tchadiens et les habitants de la région du Sud), participatif et drôle, adapté aux différents types de lieux, pouvant se mettre en place rapidement et pouvant être présenté devant 500 à 3000 personnes.
> Un échange artistique avec des artistes de N’Djamena: 3 artistes tchadiens vont s’associer aux artistes canadiens.
> De la formation et des ateliers artistiques pour les éducateurs des centres communautaires et les artistes tchadiens de la relève: temps d’échanges et de transmission d’outils qui seront organisés à l’issue des spectacles.
> Une exposition de photographies pour illustrer la richesse culturelle et l’égalité des sexes au Tchad. Ces images ont été captées en 2017 par le Tchadien Yaya Sarria et par la Canadienne Katel Le Fustec en 2013.
> Prendre part à des conférences-débats publiques portant sur le thème   » Les défis de la formation et de la Diffusion professionnelles du spectacle  » animé par l’Institut français du Tchad et regroupant des membres de 11 pays.

Partenaires Festival Souar Souar et Institut Français Tchad

Bibi et Lulue en Afrique : pour répandre leur bonheur

Nez à nez avec Montréal

Ces statues que plus personne ne regarde en ont long à dire! NEZ à NEZ AVEC MONTRÉAL est une création collective d’un circuit pédestre de 3 kilomètres portant sur la découverte d’illustres personnages qui ont façonné la métropole! L’idée est de mieux connaître l’autre, et ainsi abolir les frontières de la discrimination. Le défi est de créer une synergie de participants issus de l’immigration et en situation de précarité, mais aussi du grand public, prêt à découvrir et à faire découvrir Montréal. NEZ à NEZ AVEC MONTRÉAL est un circuit rassembleur, festif et très coloré qui permet le dialogue interculturel.

Activités prévues:

À l’été les participants partiront à la découverte de statues à travers les rues, parcs, places publiques et centres culturels de la métropole tout en rencontrant des invités (conférenciers, scientifiques, artistes, historiens) passionnants issus de la communauté culturelle. Les participants devront confectionner, au fil de ces rencontres, un circuit à énigmes dont le grand public sera invité à prendre part à l’automne! Des photos seront réalisées afin de présenter l’expérience des participants, des bénévoles et des invités. Elles seront diffusées à l’automne.

Phase 1: 12 ateliers les fins de semaine (printemps) (Chapeauté par le CERF)

Phase 2: 2 semaines de création des parcours (été)

Phase 3 : un grand rassemblement (automne)

Partenaires: CERF, CIDIHCA, Montréal à la loupe, Clinique Droit Devant, Arrondissement Ville Marie

Quel est le budget de l’association ?

Le budget annuel de Clowns Sans Frontières est compris entre 75 000 dollars canadiens, pour réaliser entre 2 et 5 projets.

Nos ressources proviennent :
> Des dons : Faire un don
> Des recettes de spectacles ou d’actions au profit de Clowns Sans Frontières
> De la vente de nos produits dérivés : T-shirts, Livre, nez de clowns :  Visiter La Boutique
> Des aides financières allouées par nos partenaires publics et privés : Voir la rubrique Partenaires

L’association fonctionne avec 1 permanente quasiment bénévole et 2 à 3 stagiaires qui organisent et coordonnent les projets, cherchent les financements, gèrent l’administration, mènent les actions de sensibilisation au Canada et les actions de soutien et communique sur les projets de l’association.